Número total de visualizações de página

sábado, 31 de agosto de 2013

Washington et Paris unis pour «punir»

Les premières frappes pourraient avoir lieu dès ce week-end. Sans Londres et malgré les réticences des opinions publiques. 

Le compte à rebours a commencé pour la «punition» que Washington et Paris veulent infliger à Bachar al-Assad.

Les Etats-Unis ont rendu publiques, vendredi, leurs «preuves» que le régime syrien a bien employé des armes chimiques à la Ghouta, le 21 août. Et Hollande a assuré que la France était «prête» à «infliger une sanction» au régime syrien. Les frappes, qui pourraient consister en des tirs de missiles de croisière depuis les cinq destroyers américains déployés en Méditerranée, pourraient débuter dès ce week-end, quand les inspecteurs de l’ONU auront quitté la Syrie, calcule-t-on à Washington.

«Le monde a l’obligation» de faire respecter l’interdiction des armes chimiques, a dit Barack Obama vendredi, soulignant que le massacre syrien «menace les intérêts de sécurité nationale» des Etats-Unis et de leurs alliés. «Je n’ai pas pris la décision finale», a-t-il noté, précisant considérer une action «étroite» et «limitée», sans «bottes sur le terrain».

Preuves. La fenêtre de tir est étroite pour Obama, qui gagnera mardi la Suède, puis le sommet du G20 à Saint-Pétersbourg. Frapper avant aurait l’avantage de mettre les Russes devant le fait accompli pour tenter de réenclencher la machine diplomatique à Saint-Pétersbourg.

«Nous savons», a martelé vendredi le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, présentant le rapport des services américains et soulignant que les attaques de la Ghouta avaient fait «au moins» 1 429 morts, dont 426 enfants. Dans les jours précédant le 21 août, des spécialistes syriens«préparaient des munitions chimiques», ont noté les renseignements américains. Le jour du massacre, des communications interceptées par ces mêmes services «ont confirmé que des armes chimiques ont été utilisées par le régime», un «officiel haut placé» s’étant inquiété du fait que les inspecteurs de l’ONU puissent rassembler des preuves concernant les attaques, précise le rapport. «La question est de savoir ce qu’on va faire», a poursuivi Kerry, soulignant le «risque de ne rien faire», qui reviendrait à laisser «un voyou et un assassin» massacrer son propre peuple.

Aux Etats-Unis, les doutes sur le bien-fondé de «frappes punitives» sont pourtant nombreux, au Pentagone, au département d’Etat ou au Congrès. Militaires et diplomates redoutent une intervention «à l’aveugle», «sans stratégie de sortie», et qui non seulement ne mettra pas fin au bain de sang syrien mais fera des Etats-Unis le principal responsable des futures atrocités. Les sceptiques dressent de longues listes de représailles à craindre : de nouvelles attaques chimiques en Syrie, qui obligeraient les Etats-Unis à frapper encore et encore, des attaques contre Israël, qui feraient entrer l’Etat hébreu dans le conflit, des renforts iraniens envoyés en Syrie, des attaques contre la Turquie ou la Jordanie… Plus de 200 élus au Congrès ont signé une lettre demandant à être consultés avant les frappes. Aux Etats-Unis comme en France, le calendrier envisagé mettrait les Parlements eux aussi devant le fait accompli.

Aventure. Le faux bond britannique n’a rien fait pour rassurer les Américains mais il a l’avantage de déboucher sur une coalition, américano-française, distincte de celle qui avait mené la désastreuse aventure irakienne en 2003. Vu de Washington, le vote de la Chambre des communes, qui a rejeté l’intervention à 13 voix près, est surtout un problème intérieur pour Cameron, qui essuyait vendredi les volées des médias britanniques («humiliation», etc.). La précédente fois, a rappelé la presse, que la Chambre avait dit non remonte à 1782, et concernait la guerre contre les révolutionnaires américains.

=Libération=

Sem comentários:

Enviar um comentário