Número total de visualizações de página

domingo, 10 de fevereiro de 2013

Ah, la classe moyenne...


C'est le moteur de nos économies modernes -- parce qu'après tout, où seraient-elles sans consommateurs ?

C'est aussi une "vache à lait" bien pratique pour les gouvernements aux abois : toute cette épargne, tous ces salaires, tous ces revenus dans lesquels puiser !

Et c'est désormais une espèce en voie de disparition, semble-t-il. Rien ne va plus ! Entre hausse des coûts et baisse des salaires, la classe moyenne est pressée, écrasée, comprimée et étranglée de tous côtés.

Regardez ce qu'en disait Bill, qui en a fait l'un de ses thèmes de prédilection en ce début d'année :

"A présent", expliquait-il, "la classe moyenne est prise au piège. Pas ou peu de hausses de salaires en vue. Pas de gains boursiers dans les tuyaux. Pas vraiment de valeur dans leur maison (nombre de gens sont "sous l'eau"). Les deux conjoints travaillent. De la dette par-dessus la tête [...]"

Il ne faut pas non plus perdre de vue le facteur démographique :

"Pour empirer les choses, la classe moyenne vieillit", continue Bill.
"[Elle] doit affronter la retraite avec peu de capital épargné. Ce qui la rend dépendante des retraites et systèmes de santé du gouvernement. Et que voyons-nous ? Les autorités disent qu'elles doivent réduire leurs dépenses !"

▪ Sans compter un ennemi aussi insidieux que dangereux -- sur lequel Simone Wapler, rédactrice de La Stratégie de Simone Wapler, attirait l'attention de ses lecteursmercredi :

"L'inflation est mon obsession, ma bête noire. Tout simplement parce que, si vous appréhendez mal l'inflation, vous prenez de mauvaises décisions. Le retour sur investissement que vous escomptiez n'est pas au rendez-vous. L'épargne que vous pensiez avoir mise en sûreté se dissout et, lorsque vous voulez vous en servir, vous constatez que vous ne pouvez pas acheter ce que vous envisagiez".

Eh oui ! Le voilà le mal pernicieux : l'inflation, la baisse du pouvoir d'achat, le grignotage discret de votre épargne... que vous ne pourrez jamais connaître avec certitude, parce que les chiffres ne sont pas entièrement transparents -- pour une raison simple et nette :

"L'inflation officielle est le chiffre sur lequel se fondent tous les 'acteurs économiques' pour réactualiser leurs prix et tarifs et prendre leurs décisions", continue Simone. "Ce chiffre est calculé par des organismes gouvernementaux qui ont intérêt à le minimiser pour au moins trois bonnes raisons :

- maîtriser l'augmentation des diverses prestations de redistribution, ce qui minimise les dépenses sociales ;
- gonfler le chiffre de la production économique qui est en principe donné 'en valeur', c'est-à-dire corrigé de l'inflation ;
- élargir les assiettes de taxation.
C'est ainsi que par l'inflation des prix immobiliers beaucoup de propriétaires sont maintenant redevables de l'impôt sur la fortune".

Voilà donc où nous en sommes : plus d'impôts, un coût de la vie qui augmente, des revenus qui stagnent ou baissent.

Mais, me dis-je aussi, la classe moyenne, c'est vous, c'est moi et 60% des Français, selon une étude du Crédoc datant de mars 2012 : alors... qu'en pensez-vous, cher lecteur ? Ressentez-vous, dans votre vie quotidienne, ce genre de pression -- ou devrais-je dire de dépression ?

Faites-nous part de votre avis !

Meilleures salutations,

C. A:

Sem comentários:

Enviar um comentário